ressemblance

ill. "la grande question de petit caméléon", ed. Gautier-Languereau

 

C'était dans la voiture, je ne saurais même plus dire par quel cheminement d'esprit c'est arrivé... nous étions en famille, discutant légèrement de tout et de rien, riant de nos bêtises... et puis, une phrase est arrivée, de l'arrière de la voiture : "quelquefois quand je ne dors pas, je me pose des questions bizarres, mais c'est bête, je ne devrais pas". 

Il était évident qu'il fallait creuser, attraper cette main tendue ... nous l'avons fait, et voici la question que se pose donc parfois notre Grande : "des fois, je me demande à qui je ressemble ? Est-ce que je ressemble à la mère qui m'a eue dans son ventre ? Je sais que je ne saurais jamais, mais je ne peux pas m'empêcher de me demander ça. C'est pas bien, surtout pour vous". 

Mais, si ma Chérie, c'est normal et cela n'a rien à voir avec nous. Tu as le droit de te poser ces questions, de nous les poser, de nous parler de tes doutes, de tes questionnements, nous t'aiderons toujours comme nous pourrons à trouver des réponses, à vivre avec l'absence de réponse. 

Ce fut un beau moment, court mais intense, qui a semblé la satisfaire, la rassurer, elle est revenue à d'autres futilités assez vite. La vie est étrange, je me doutais depuis son arrivée que cette question arriverait un jour, mille fois je me suis demandée comment je répondrais, mille fois j'ai tenté d'imaginer ma réaction immédiate, j'ai bâti mille scénarii, et puis c'est arrivé et la réponse est venue seule, simple, sereinement. 

L'entrée dans l'adolescence amène son lot de questions, identitaires notamment, et finalement, je vois cela comme une autre façon de resserrer les liens, de renforcer la confiance et l'attachement, une façon d'écrire ensemble notre histoire.