Il y a déjà cinq ans et demi que ton absence emplit nos jours ; c'est peu et c'est beaucoup. Aujourd'hui, c'est ton anniversaire, et ce matin encore, nous avons parlé de toi, Notre Grande aurait aimé te connaître, elle pour qui la famille revêt une telle importance. Elle te reconnaît en photos, tu as juste eu le temps de savoir que tu avais une arrière-petite-fille de plus, là-bas, au bout du monde, mais tu n'as pas eu le temps de la rencontrer. 

Je pense souvent à mes vacances d'enfants, à tous ces merveilleux souvenirs que j'ai pu fabriquer avec toi, à ces petits bouts de vie qui font de moi une part de ce que je suis. 

1978 Aix les bains

Ta fille, Maman, a pris ta suite, prenant les enfants en vacances et les occupant merveilleusement à son tour, tissant avec eux le fil d'une merveilleuse toile de souvenirs, dont il garderont l'heureuse image toute leur vie, comme moi, j'en suis sûre. Tu n'es plus là, certes, mais ton souvenir demeure et les bons moments passés ensemble nous reviennent en mémoire, ta générosité et ton amour inconditionnel sont des exemples qui me guident et me donnent envie de te ressembler, bien au-delà de la ressemble physique qui nous lie au travers des générations, de toi à Maman et de Maman à moi. 

Ton Shadow est avec nous, il vieillit, mais ce petit chat tout cabossé - que tu avais sauvé - est comme un petit morceau de toi dans notre foyer, une façon de penser un peu plus à toi chaque jour, avec le sourire, car ses bêtises et sa maladresse nous rejouissent. 

Et tu sais quoi, on n'est pas là d'effacer le souvenir, Camille chante avec moi les chansons que tu me chantais et reprend désormais les expressions qui ont bercé notre vie de famille et nos vacances, et, je me suis aperçue il y a peu que j'appelle ma fille "ma belle chérie" de plus en plus souvent. La vie passe, les expressions restent. C'est ainsi que l'amour dure.