Sur le fil de notre histoire

26 août 2014

Photo

Juste parce que je trouve cette photo superbe :

fdeefa7ca7bd23f0e625ca020c72173c

 

trouvée sur Pinterest en m'y baladant

Posté par christelle02 à 06:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


20 août 2014

deux ans... la photo

Bonjour à toutes et tous. Je  fais aujourd'hui une exception à l'absence de photo de ces dernières semaines, souhaitant préserver notre puce... et je vous montre la photo faite pour nos deux ans de vie de famille .... mais avant, souvenez-vous :

13 août 2012 (Guangzhou) : 

13 aout 2012

 

13 août 2013 (en vacances à Métabief) :

13 aout 2013

et  voici donc celle de cette année : 

13 août 2014 (chez Papy et Mamie) :

13aout 2014

la coupe de cheveux laisse à désirer, la mèche est remontée depuis début juillet pour ne pas toucher le haut de la cicatrice, la cicatrisation  n'est pas terminée bien entendue, mais cette photo est aussi un témoignage pour notre puce de son évolution (c'est là que je vois à quel point elle a grandi !!). et hihi... j'ai le même gilet que l'an dernier. Oups !

Posté par christelle02 à 06:58 - Commentaires [9] - Permalien [#]

19 août 2014

A découvrir

Je partage avec vous aujourd'hui un petit film sur l'adoption des enfants SN en Chine, trouvé sur le net, récemment :  

 

 

Posté par christelle02 à 06:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 août 2014

Il y a deux ans....

C'était il y a deux ans, le 13 aôut 2012... 

5 heures du matin, nous attérissons à Canton, ... nous quittons l'avion, dans un état second après 13 heures de vol pendant lesquels on a somnolé plus que dormi, on s'est posé des tas de question, sans oser les poser à l'autre, préférant le laisser à sa propre introspection à quelques heures d'un instant qui changera nos vies... En traversant la passerelle qui nous mène à l'intérieur de l'aéroport, les vitres mouillées et les lumières particulières des jours d'orage nous accueillent alors que la ville se réveille. 

Nous attendons notre guide, puis nous sortons tous ensemble de l'aéroport... Dehors une chape de chaleur et d'humidité nous assaille ! Les ascenseurs et les escalators vers la zone de bus ne fonctionnent pas... l'expédition commence... nous rejoignons le bus, trempés (alors que la pluie a cessé et qu'elle n'y est donc pour rien !). Notre gentil guide nous explique le déroulement de la journée, nous redit que la rencontre ne se passera forcément pas comme nous le rêvons, que l'important est le contact entre la maman et son bébé... il s'adresse sans cesse aux mamans des bébés,c'est-à-dire les trois autres couples avec lesquels nous sommes... (j'apprendrai plus tard qu'il n'est pas habitué aux adoptions d'enfants grands et qu'il se demande lui aussi comment ça va se passer !) je me sens exclue, j'ai peur un instant de faire la plus grosse erreur de ma vie en venant chercher cette petite fille de 7 ans et demi déjà... Que fait-elle en cet instant ? Où est-elle ? Comment vit-elle ces instants ? Je sais que je ne le  saurais probablement jamais...Un regard vers mon chéri assis à côté de moi, il sourit, mais je sais qu'intérieurement, les questions se bousculent aussi, je le connais, je connais ce regard... une heure trente de bus à se poser des questions, ... 

Nous avons tout juste le temps de nous installer à l'hôtel, de défaire les bagages, de prendre une douche, nous changer, manger un peu tous ensemble, en apprenant à nous connaître, en se disant que dans quelques minutes... un regard furtif à ma montre, il est autour de 13 heures ... dans deux heures, nous serons trois !

Nous arrivons dans cette salle des adoptions, où sont déjà des familles américaines, espagnoles, récemment réunies, et nous nous installons sur des canapés rouges dans un coin... C. m'appelle : "regarde, j'ai vu Camille !" Je regarde dans la direction qu'elle me montre, le coin opposé de la pièce et je la vois : occupée avec une autre fillette, de son âge sans doute, à admirer les objets dans la vitrine devant elle, elle porte le  petit ensemble  que nous lui avions envoyé pour son anniversaire, en mars dernier. Je suis aujourd'hui incapable de dire ce que contenait cette vitrine... je ne me souviens que d'une chose, les crampes au ventre et les larmes qui me submergent en cet instant... c'est ma fille ! Elle est vite rappelée dans la pièce à côté, derrière un rideau, par une dame de l'orphelinat. 

Puis vient notre tour, J. et C. sont appelés, on leur met leur petite merveille dans les bras, elle ne pleure pas, elle les regarde, plus interrogative qu'apeurée, elle fait connaissance de sa grande soeur. Puis, c'est au tour de M. & M. de faire la connaissance de leur petite princesse, elle aussi plus curieuse qu'apeurée en cet instant. Et là, alors que je contemple ces deux nouvelles familles, j'entends mon prénom et celui de Chéri, il confie vite le caméscope à J. et nous nous avançons... notre guide arrive en tenant sa main, .... elle le lâche, marche plus vite vers nous et "Papa, Mama"... et nous ouvre grand ses bras... Je la prend dans mes bras, maladroitement, un torrent d'émotions déferle en moi, nous sommes là, à trois au milieu de cette grande pièce, plus rien n'existe autour... nous voilà accroupis, admirant ce que notre fille nous montre : une compote à la fraise, un panier avec les jeux que nous lui avions envoyés il y a quelques mois pour son anniversaire. Elle répète inlassablement "Mama, Papa"... elle nous fait des bisous, nous serre contre elle !! 

Je dois me pincer pour y croire, ça y est, il est environ 15h30, nous sommes bien trois ! Et cette rencontre s'est passée de façon idyllique, d'une manière dont nous n'aurions jamais osé rêver !! Je suis incapable de dire comment s'est passée ensuite la rencontre entre C.& F. et leur princesse, j'étais dans ma bulle, plus rien n'existait à ce moment-là !

 

C'était il y a deux ans, un laps de temps si court, et en même temps, une impression aujourd'hui d'être trois depuis si longtemps... Ce soir, nous ferons la photo de nous trois, celle que nous voulons traditionnelle. Peut-être nous dira-t'elle un jour qu'elle n'en a plus envie, qu'elle ne veut plus que l'on marque cet "anniversaire", que cela lui rappelle qu'elle n'a pas toujours été là... on verra. Peut-être n'aurons-nous plus envie non plus de marquer ce passage... on verra... Pour le moment, je savoure... ce soir, nous nous retrouverons, je serai alors en vacances jusqu'à la rentrée des classes. Je me réjouis à l'idée de ces deux semaines et demie de partage, comme il y a deux ans.... c'était à Canton, ce sera à la maison... mais une chose est sûre, ce sera avec le même bonheur ! 

Happy GotchaDay - Birthday pour J.&C, C.&F. et pour M. &M. ... !!!

et puis :

Happay Birthday, Patricia ! Mon Amie, la marraine de ma princesse !! 

 

Posté par christelle02 à 09:54 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

12 août 2014

BJB

En me promenant sur d'autres blogs, j'ai repéré un appel à participation pour un BJB, celui de Nissa. J'ai donc effectué une plongée dans mes coupons de tissus et mes papiers, et voici une petite carte pour Nissa et une pour le Bout d'Chou qui va arriver : 

 

carte bjb fils nissa1

carte bjb nissa1

 

La fenêtre de la carte est donc décorée des échantillons des 5 coupons de tissus que j'ai envoyés (que j'ai bêtement oubliés de prendre en photo). J'espère que ces participations plairont à Nissa. 

J'en profite pour faire un appel : j'ai répondu positivement sur un blog il y a quelques mois pour participer à un autre BJB. Malheureusement, j'ai eu des soucis d'ordi, et je ne remets pas la main sur l'adresse de la maman qui m'avait répondu. Alors,  si vous passez par ici, n'hésitez pas à  me recontacter, je vous ferai un envoi. Si d'autres personnes ont envie d'une participation à un Bai Jia Bei, n'hésitez pas, je le ferai avec plaisir. 

D'ailleurs, du coup, je me suis dit que j'en referai bien un pour Trésor 2...celui de Camille était tellement beau, et vos participations tellement généreuses et gentilles. Il me reste pour cela deux questions à résoudre avant :

1. voir avec Tata Michèle si elle se relancerait dans l'aventure (ben oui, maintenant, elle est Mamie de deux adorables Bouts de Chou, alors, elle ne manque pas d'ouvrage !) 

2. Est-ce que je le lance dès maintenant, sans savoir si ce sera une fille ou un garçon, comme d'autres le font, et pour tromper l'attente, ou, est-ce que j'attends d'en savoir plus, comme nous l'avons fait pour Camille ? 

A bientôt.

Posté par christelle02 à 06:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]



08 août 2014

Somewhere between...

C'est le titre d'un documentaire américain relatant les histoires et les ressentis de 4 jeunes filles américaines, adoptées en Chine (désormais disponible en import sur le géant des libraires en ligne, je ne tarderai pas à me le commander, les extraits que j'ai vus m'ont vraiment captivée). Mais pour moi, c'est aussi l'expression qui synthétise le mieux ce que semble ressentir ma puce actuellement, partagée entre d'une part sa volonté d'intégration, sa revendication à être considérée comme une française comme les autres, et d'un autre côté, un sentiment plus ou moins conscient de maintenir un lien avec ses racines chinoises... 

Mon Chéri lui dit parfois qu'il est important qu'elle n'oublie pas la Chine, que le fait de continuer à parler / ou de réapprendre le chinois sera important pour elle plus tard... Je suis d'accord avec lui sur le principe, mais je reconnais que j'ai tendance à toujours modérer ses propos, ayant peur que la puce le ressente comme une nécessité, au cas où elle doive repartir... Alors qu'il n'y a pas encore deux ans qu'elle est avec nous, ce rappel me semble prématuré. Oui, l'attachement est en cours, elle s'ancre dans sa vie d'ici, dans sa famille, oui, elle tient à nous, elle est ravie de revenir à la maison quand elle s'en va, même avec nous, pour une journée... mais pour autant, je ne considère pas que cet attachement soit acquis : elle s'en va encore dormir ailleurs (bon OK, chez mes parents ou ma soeur) facilement, comme si c'était une fête, elle va facilement (trop encore, je pense) vers les autres adultes... alors, même si nous avons cette impression de  parents que, d'une certaine façon, elle a toujours été là, même si elle nous dit facilement "je t'aime, Maman, je t'aime, Papa", je continue à être vigilante et à penser que rien n'est gagné et que l'attachement n'est pas encore total, loin s'en faut. 

Mais, là, n'était pas mon propos de départ... J'y reviens. Suite aux quelques anecdotes dont je vous parlais en début de semaine, j'ai repris mes lectures, notamment de J. Lemieux ou d'autres articles de spécialistes québécois qui se sont penchés sur la question ... et j'y ai trouvé une expression, bien française cette fois, qui traduit le sentiment qui anime nos enfants quand ils sont confrontés, ouvertement ou inconsciemment, à leur double identité, et aux questions qu'ils se posent : un article de Yves-Hiram Haesevoets, en juillet 2013, parle de "conflit de loyauté". Et, à ce stade du processus d'attachement de notre fille, je trouve que cela résume parfaitement ce qu'elle semble ressentir : elle veut être française, être reconnue comme telle (je garderai éternellement gravé en moi ses larmes de joie quand sa carte d'identité est arrivée... elle l'a embrassée, mise avec lesnôtres, en disant "maintenant, on est une famille française"), et pour cela, elle réclame plus un droit à l'indifférence qu'un droit à la différence, de la part des autres, mais pour autant, alors qu'elle s'aperçoit qu'elle  ne sait plus écrire son prénom en  chinois, qu'elle ne sait plus compter en chinois (cet "oubli" qui faisait sa fierté il y a encore quelques semaines !), cela lui fait peur aussi... parce qu'elle continue à aimer  la Chine, les légendes et les histoires de ce pays, les émissions qu'elle voit à la télé et qui parlent de la Chine, elle aime voir et partager des moments avec d'autres enfants arrivés de Chine, comme elle... 

Personnellement, je trouve que cette étape arrive vite dans sa vie, dans son intégration et son attachement, et je ne sais pas si c'est parce qu'elle est  arrivée grande (7,5 ans), donc en pleine conscience de ce qu'elle quittait, ou si c'est parce qu'elle  se sent de plus en plus sécure qu'elle se sent capable d'afronter cela... à moins qu'au contraire, elle l'exprime parce que cela lui fait peur et qu'elle ne sait plus qui elle est, et a peur de s'attacher vraiment... ? Est-ce juste une phase - positive - de son attachement (parfois, il faut faire un pas en arrière, pour mieux ancrer ses racines dans ce nouveau sol, avant de pouvoir s'élever avec moins de craintes) ? 

Qu'en dites-vous ? Vivez-vous aussi ces situations ? Comment les analyser-vous ? J'avoue qu'un partage sur le sujet m'intéresse beaucoup. 

Posté par christelle02 à 06:42 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

07 août 2014

Il fallait s'y attendre...

Comme je le supposais dans mon post de mardi : 

jeu mots chinois1

 

Et oui, alors que nous rangions sa chambre son capharnaüm hier, et que nous triions les jeux avec lesquels elle ne joue plus parce qu'elle a grandi (nous les avons montés au grenier, pour qu'elle - je cite - "joue avec PetitFrère / PetiteSoeur plus tard"), la puce m'a demandé le jeu pour apprendre les mots chinois. Ce qui fut fait de suite. Nous avons malgré tout poursuivi le rangement, il ne reste que les papiers - stickers - ... et autres articles de loisirs créatifs à trier et ranger, mais la demoiselle était ravie d'avoir permuté certains jeux, retrouvé certains autres dont les boîtes n'ont même pas encore été  ouvertes.... et de se dire que, pendant les vacances dans huit jours, on va pouvoir faire plein de jeux nouveaux (ou oubliés) avec Maman et Papa. 

Le soir donc, nous avons repris ensemble les chiffres de un à dix, puis elle s'est promenée de page en page, répétant consciencieusement les mots en chinois, et même en français ! Inutile de préciser qu'elle est partie chez ses grands-parents ce matin avec sa boite de jeu ! 

J'en profite pour vous dire qu'elle va bien, que la cicatrice ne nécessite plus de pansement, juste une crème grasse appliquée trois fois par jour en petits massages pour aider à la reconstruction de peau. Prochaine visite à l'hôpital le 21 août. Pour le moment, la trace est encore très visible, bien sûr, mais très uniforme et lisse (contrairement à la marque d'avant), donc nous sommes confiants pour l'évolution. Ces chirurgiens sont vraiment des magiciens dans leur domaine ! 

Vos courriers continuent à arriver et à enchanter notre demoiselle chaque jour, votre générosité et votre gentillesse m'emeut à chaque ouverture de boîte  aux lettres ! Il ne me reste plus de cartes de la première série faite pour vous. Alors, promis, je m'y remets ce week-end et pour celles et ceux qui n'ont pas encore eu leurs réponses, ne vous en faites pas, ça arrive !

Posté par christelle02 à 09:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 août 2014

Un nez pour changer la perception du monde....

Je ne sais pas si la longueur du nez de Cléopâtre a eu une quelconque influence sur la perception de la face du monde à l'époque, mais il y a une chose dont je suis sûre aujourd'hui, c'est que l'opération du nez de notre puce a eu / a une influence importante sur sa perception d'elle-même et sur les questions qu'elle se pose aujourd'hui (et qui me fait m'en poser beaucoup aussi !). 

En effet, avant son opération, notre puce disait vouloir corriger sa cicatrice parce qu'elle ne se sentait pas jolie ainsi. Nous lui avons toujours dit et répété que cette cicatrice ne nous gênait pas, qu'on ne la voyait même pas tant son sourire était et est rayonnant, que cette marque sur son visage était une partie de sa personne, de son histoire, sa marque de princesse, comme dans la légende chinoise de la lune (ici). Par là, nous ne voulions pas nier que cela puisse la gêner, mais bien lui faire comprendre qu'on l'aime telle qu'elle est, avec ou sans cicatrice, et qu'elle ne devait pas changer, juste pour nous, pour ça. 

A la veille de l'opération, à l'hôpital, elle m'a demandé si, après l'opération, elle aurait un "nez français", comme nous, et pas un nez chinois, comme elle, c'est-à-dire, en d'autres termes, un peu épaté et sans véritable arrête nasale. Elle a ajouté (pour la première fois) qu'elle espérait que, comme ça, les grands dans la cour de l'école ne se moqueraient plus d'elle en l'appelant "la chinoise".... Je lui ai donc expliqué en douceur que non, que le professeur n'allait pas changer son nez, et lui ai expliqué qu'un nez long comme le mien ne serait pas joli sur un visage comme le sien. J'ai ajouté que, personnellement, je préfèrerais avoir un joli petit nez comme elle, et que son nez allait merveilleusement avec son visage, ses yeux, et qu'elle était magnifique, qu'elle devait être fière de ce qu'elle était. Après l'opération, nous n'avons eu de cesse de lui dire qu'elle était jolie, de répondre à ses questions, de dire que la cicatrice serait encore un peu visible après, s'estomperait avec le temps, qu'il faudrait sans doute d'autres interventions, bientôt puis, si elle les souhaitait, quand elle serait grande... l'idée était de lui faire comprendre que tout ne  serait pas résolu en une fois, pour qu'elle  ne soit pas déçue et qu'elle ne souffre pas de sa nouvelle image.  

Pendant les semaines qui ont suivi directement l'opération, elle a regardé plusieurs fois Mulan, a dessiné des dragons... tout en disant qu'elle voulait apprendre les paroles de la Marseillaise, et tout en faisant des bracelets tricolores.... on sentait qu'elle était en pleine réflexion, ... je suis sure qu'en observant bien, j'aurais pu voir tourner les rouages de son esprit ! Et puis, chez ses grands-parents, elle a voulu écrire son prénom chinois en idéogrammes et semblait perturbée d'avoir eu à regarder le modèle sur le parchemin dans le bureau chez mes parents... Je lui ai donc remis solennellement le tampon de jade et l'encrier achetés en Chine, représentant ses deux prénoms... Elle l'a tamponnée un peu partout sur ses cahiers, ses dessins... Elle les a rangé dans la boîte à racines. Puis, un soir, alors qu'elle était dans le bain, elle me demande "dis, Maman, tu es fâchée si je veux écrire mon nom en chinois, et que je voudrais apprendre des mots en chinois ?"

Je lui ai donc répondu que non, bien sûr, que je ne serai pas fâchée, que le chinois, la culture chinoise faisaient partie d'elle, et qu'il était normal qu'elle s'y intéresse, et que c'était à elle de déterminer si elle en avait envie ou pas, maintenant ou plus tard. Nous avons donc longuement discuté toutes les deux, et je lui ai redit à quel point nous l'aimions, qu'elle était notre fille pour toujours, que nous étions ses parents pour toujours, qu'elle était française, mais qu'elle avait une culture chinoise au départ... que je comprenais que ça ne devait pas toujours être facile de vouloir être française mais d'être attirée par les dessins animés ou les représentations de la Chine...

Nous avons donc décidé ensemble que, quand elle en aurait envie, je lui donnerai - et nous regarderions ensemble - la boîte de jeu électronique pour apprendre le chinois, boîte qu'elle a eu en cadeau à l'ambassade de Chine à Noël 2012. C'était trois mois à peine après son arrivée, elle rejetait alors en bloc tout ce qui venait de Chine, et nous a donné la boîte, en la regardant avec dédain. Je l'avais alors rangée, en me disant que je la ressortirai quand cela me semblerait opportun. Depuis, je pensais sincèrement qu'elle l'avait oubliée... mais quand je lui en ai parlé, il y a dix jours, elle s'en souvenait, me décrivant même les couleurs de la boîte !! J'attends donc qu'elle en reparle, mais quelque chose me dit que cela ne tardera pas ... 

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle phase dans la vie de notre puce trouve en moi un écho en forme de questionnements multiples, d'observations et de réflexions.... J'y reviendrai très prochainement... 

Et chez vous ? Vos enfants vous posent-ils ce genre de questions ? Se sentent-ils aussi face à un "défi biculturel" ? Comment cela se manifeste-t'il ? 

 

Posté par christelle02 à 11:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

31 juillet 2014

Hakuna Matata

"Ca signifie, philosophie..." : enfin ça, c'est dans la chanson... Pour ma puce, cette chanson qu'elle affectionne tout particulièrement se chante ainsi : 

"coucou, c'est ma Tata" ... 

Personnellement, j'adore !! Oui, je sais, je ne suis pas objective... mais tant pis, j'assume ! 

hakuna matata

A bientôt !

Posté par christelle02 à 06:13 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

28 juillet 2014

Artiste

Il y a Matisse et le bleu, Soulage et le noir, ...désormais, il y a Camille et le vert ! 

Je vous parlais la semaine dernière de sa dernière création, réalisée en autonomie, vissage, et peinture,... et bien la voici : 

cadre camille montagne

 

Elle a donc vissé entre elles deux plaques de mélaminé blanc (Papa avait fait les avant-trous quand même), puis a peint en vert. Ce qui n'est pas très visible ici, c'est qu'en fait, il est écrit "c'est la montagne", mais avec le gros pinceau de peinture, ce n'est pas évident, vous en conviendrez ! 

Je pense que, une fois complétement terminée la réorganisation de mon bureau - espace de loisirs créatifs, je l'accrocherai au mur, et je demanderai  à l'artiste  l'autorisation, d'y ajouter, en bas, des épingles de bois avec des coccinelles, pour en faire un tableau pense-bête... Mais comme la demoiselle a des idées bien arrêtées, pas sûre que l'idée lui convienne.... 

A suivre, donc !

 

Posté par christelle02 à 10:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]



Fin »