Sur le fil de notre histoire

27 février 2015

une vie

"On n'a tous deux vies.

La seconde commence le jour où on se rend compte qu'on a qu'une vie"

Confucius

Posté par christelle02 à 05:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


25 février 2015

BJB #2 - coupons 4 à 7

Le week-end dernier, j'ai eu la joie de recevoir une très jolie participation au BJB de notre second Trésor. Elle venait de chez A., dont j'apprécie particulièrement le blog. Voici les coupons choisis : 

looking4ourchild

 

Le petit mot destiné à notre Trésor est empreint de douceur et d'émotion, et il m'a particulièrement touchée. Et puis, A. a également accompagné son envoi d'un cadeau pour notre Puce, ce qui n'a pas manqué de faire très plaisir à la Miss, qui a dit : "Oh Maman, elle est gentille, A., de penser aussi à moi". Alors un très grand merci pour cet envoi. Une petite carte est en partance ! 

Posté par christelle02 à 05:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 février 2015

Alors, voilà...

Alors, voilà, c'était un vendredi, je patientais dans la salle d'attente du service de médecine interne de l'hôpital depuis ... deux bonnes heures, avec deux autres couples encore devant moi. Parmi eux, un couple de retraités très patients, en attente depuis près de trois heures, et le monsieur avait gardé un sens de l'humour exceptionnel, qui détendait bien l'atmophère ! Et il y avait cet autre couple, d'une trentaine d'années sans doute, bien que ce soit difficile à déterminer. Tous deux n'avaient guère eu de chance dans la vie sans aucun doute, et ce dès le départ, ... elle passait le temps en faisant son canevas au motif enfantin, il faisait les cents pas, cherchant un regard, parlant avec énormément de difficultés ... Ma première réaction a été, je l'avoue, la même que celle de ce couple de retraités : après avoir dit bonjour, m'être assise, j'ai plongé le nez dans mon bouquin, en prenant bien garde de ne pas relever la tête vers eux, par manque d'envie d'entamer la discussion. Je savais au fond de moi que mon attitude était peu reluisante, mais c'était une journée "sans", une des ces journées où les tracasseries du boulot prennent des proportions démentes, de celles où vous vous demandez ce que sera le diagnostic de ce professeur que vous aviez réussi à éviter depuis quelques années, ... Bref, une journée où j'aurais préféré rester dans mon lit !! 

Je lisais donc, ponctuant cette attente par quelques sourires aux bons mots de ce retraité impatient, ... Passe alors un autre Professeur, qui revient sans doute de déjeuner. Il salue tout le monde, ses patients et les autres, avec une vraie gentillesse, et se dirige vers sont cabinet. Il ressort quelques minutes plus tard, passe devant nous pour se rendre au secrétariat, et s'arrête à hauteur de ce jeune couple. Il se penche alors vers elle, regarde le canevas, la félicite pour le travail accompli depuis le mois précédent, lui parle avec une douceur infinie, et appelle l'infirmière pour qu'on leur serve un verre d'eau et un gâteau, pour occuper cette trop longue attente. Il fait alors distribuer des gâteaux à tout le monde, propose de l'eau. Sa patiente arrive, il retourne dans son cabinet avec elle. 

A cet instant, je me suis sentie minable !! J'ai fermé mon livre. Le couple de retraités et parti en consultation avec le Professeur (celui pour lequel nous attendions tous), et je me suis mis un "coup de pied au cul" mentalement ! J'ai proposé un café à ce jeune couple, je suis allée chercher les cafés, puis j'ai discuté avec eux le reste du temps : nous avons parlé de nos chats, ils m'ont parlé d'eux, de la ville d'où ils venaient (toute proche de chez moi), ... Finalement, les trois quart d'heures de conversation nous ont permis à tous de passer le temps de façon assez agréable, et quand je suis entrée dans le cabinet du professeur, j'avais retrouvé le sourire. 

En repartant, quatre heures après mon arrivée, j'avais le sourire et le coeur léger. Je n'ai eu de cesse dans la voiture, sur la route du retour, de penser à ce médecin, ce grand ponte de la médecine, qui a pris le temps de sourire, de parler avec tous, avec tant de douceur et de bienveillance. Alors, je me suis promis de me rappeler de ce moment à chaque fois que j'entrerai dans une salle d'attente, pour mettre mes soucis du moment dans ma poche et ne plus éviter les regards ou les gens ! 

* titre emprunté à B.Beaulieu

Posté par christelle02 à 09:45 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 février 2015

L'âge

"Il faut avoir une jeunesse. L’âge où l’on se décide à être jeune importe peu."

Henri Duvernois

 

Cette petite citation de circonstance me permet un message personnel : 

BON ANNIVERSAIRE, mon Chéri !

 

Posté par christelle02 à 06:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

19 février 2015

Bonne Année !

nouvel an chinois 1

 

L'année qui débute dans le calendrier chinois (asiatique) est l'année de la chèvre (aussi appelée année du mouton). Ce sera une année placée sous le signe du bois, et de la couleur verte. Etant le 8ème  signe de l'astrologie chinoise, l'année de la chèvre apportera bonheur et chance exceptionnelle à tous, dans au moins un domaine qui lui tient à coeur. 

J'espère donc secrètement (ou pas) que cette année sera pour nous l'année du coup de fil vers Trésor 2 !! 

A toutes et tous, je souhaite une belle et heureuse année, placée sous le signe de la chance, donc, et que  cette année voit la réalisation de vos projets, de vos rêves !

Posté par christelle02 à 04:43 - - Commentaires [3] - Permalien [#]



18 février 2015

Mea Culpa #2

Quand on devient parent par adoption, de nos jours, on est conscient que la parentalité adoptive a quelque chose de particulier. En effet, on se prépare d'abord au fait que l'enfant que l'on aura ne sera pas l'enfant dont on a rêvé ... Vous allez me dire que ça, tout parent le sait, adoptif comme biologique... Je suis d'accord,mais quel parent biologique a eu affaire à une assistante sociale, à un psy qui lui a expliqué tout cela en long, en large et en travers... avant de se voir délivrer l'autorisation de faire un enfant ? 

Je sais, c'est extrême, mais c'est juste pour expliquer que nous, parents adoptifs, nous sommes mis en garde à de multiples reprises sur les spécificités qui nous attendent, sur le fait que nous allons accueillir un enfant pour lequel la filiation n'est pas une évidence, qui ne sait probablement même pas ce qu'est une famille.... et que donc, il va nous falloir être très attentifs, attentionnés, avoir tel ou tel comportement, répondre de telle ou telle façon à une question, à une attente... Et, parce qu'on est si conscient de la particularité de notre façon de devenir parent, on se met à lire des tas de choses, d'ouvrages, de sites internet, à aller écouter des conférences sur la parentalité adoptive... Entendons-nous bien, j'adore ces moments, ces lectures, ces échanges, ces explications, ... Pourtant, il m'arrive de me demander si tout cela n'est pas trop ? 

Je me suis encore posé la question cette semaine. En effet, en couchant ma puce, celle-ci a "fait le bébé", j'entends par là qu'elle s'est mise à faire semblant de babiller, de façon aussi niaise qu'inutile. Et ma réaction ne s'est pas faite attendre : "arrête, tu sais très bien que je n'aime pas du tout quand tu fais ça ! Ca ne sert à rien, c'est ridicule  et ça m'agace". Puis, j'ai dit "bonne nuit", fais le câlin traditionnel, et je suis redescendue. Ensuite, pendant la soirée, et même le lendemain, je n'ai eu de cesse de me remémorer ce moment-là ... N'ai-je pas été trop dure ? Ma réaction n'a t'elle pas été trop vive ? Elle a besoin de redevenir parfois le bébé qu'elle n'a pas été vraiment ...

Et puis, j'ai repensé  à un échange de mails récent avec une autre maman adoptive, qui parlait de son besoin d'avoir des moments rien qu'à elle le week-end, juste pour se détendre et  se distraire, et à qui je répondais que j'avais quasiment mis entre parenthèse le temps que je m'accordais pour les loisirs créatifs en solo depuis l'arrivée de ma puce, ... à part certains après-midi où elle était encore à l'école et moi à  la maison, depuis janvier de cette année seulement. De fait, j'ai continué à réfléchir, à penser à tout cela, ... et je me suis dit : 

- il y a une différence importante entre le fait de vivre certains événements de la petite enfance à 9,5 ans (ne pas quitter Doudou, se nicher sur mes genoux, en demandant des câlins, demander de l'aide pour des choses qu'elle sait faire en totale autonomie...juste pour qu'on s'occupe d'elle), et le fait de "parler bébé", chose qui m'a toujours prodigieusement agacée. Donc, j'assume ma réponse de l'autre soir !

- nous devons certes accorder toute notre attention à notre enfant, lui consacrer la plus grande partie de notre temps libre pour lui faire comprendre ce qu'est la famille, pour se donner le temps de  "faire famille", nous sommes d'accord... Mais cela doit-il obligatoirement signifier qu'on doit renoncer à ce qui nous permet de nous ressourcer ? Dois-je continuer à ne plus aller seule (une fois par an) dans un institut pour me relaxer au cours d'une séance spa - massage, juste parce que ma fille pleure parcce qu'elle accepte difficilement que je fasse un truc sans elle ? Finalement, je ne le pense pas ! Je lui expliquerai que j'ai beosin de ce moment rien qu'à moi, mais j'y retournerai seule ! Tout comme je pense que cette autre Maman a raison de s'accorder un moment à elle pour jouer à un truc qui n'est pas fait pour une jeune enfant ... Finalement, la frustration fait partie des apprentissages de la vie, non ? Ca commence à 2,5 ans ? Ca tombe bien, on est pile dans le délai d'arrivée de nos enfants... du coup, c'est leur façon de vivre la petite enfance  qu'ils n'ont pas eue ...

De ce fait, en y réfléchissant bien, tant pis si parfois je suis une mauvaise mère, je continuerai à faire  la différence entre la compréhension de ce que sont nos enfants, qui arrivent avec un bagage lourd, et ce que je suis en mesure d'accepter... Je continuerai donc à me corriger sur mes exigences en matière d'école ou de comportements, je resterai vigilante sur les tsunamis émotionnels que peuvent provoquer des événéments anodins pour nous, je continuerai à défendre et à expliquer, à l'école ou ailleurs, les spécificités de enfants adoptés, surtout arrivés grands, ... bref, je continuerai à lire, à intégrer les savoirs et les expériences de ce qui doit être fait en matière de parentalité adoptive, mais je resterai pour autant moi-même.

Non, je ne supporte pas les "gnangans" et les enfants qui font semblant d'être des bébés, et tant pis si ça n'est pas bien, je persisterai... Mea culpa ! 

 

Posté par christelle02 à 05:14 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

16 février 2015

Une famille

Dans la liste des livres que je voulais lire sur l'adoption, il y avait celui-ci : 

téléchargement

Je vous en avais d'ailleurs parlé ici, car je ne le trouvais pas, puisqu'il est épuisé. Finalement, je l'ai trouvé en médiathèque, et je viens de le finir. 

L'histoire (présentation de l'éditeur) : Nathalie a toujours considéré son adoption comme une chance : celle de pouvoir choisir qui elle voulait être. Très proche de ses parents, mère comblée d'une petite fille, elle a d'ailleurs parfaitement réussi sa vie. Pourtant, à l'approche de la trentaine, elle ressent le besoin impérieux de savoir d'où elle vient. Très vite, à son propre étonnement, elle décide de rechercher sa mère biologique et convainc son frère David, adopté lui aussi, de partager cette aventure. Pour connaître leurs origines, Nathalie et David sont prêts à supporter les doutes de leurs conjoints et les reproches de leur mère. Mais ils ne soupçonnent pas qu'ils sont sur le point de bouleverser le confortable équilibre de leur famille, et celui de deux inconnues qui ont reconstruit leurs vies...

 

Bon, je passe sur la fait qu'il s'agissait d'adoptions nationales, aux Etats-Unis et que la recherche des mères bioogiques de deux protagnistes s'est faite en moins d'un mois, j'avoue que la lecture de ce livre me laisse un sentiment assez étrange ... Certes, c'est bien écrit, et on sent une vraie plume chez l'auteur (que par ailleurs je ne connaissais pas, mais que j'ai envie de découvrir), j'y ai malgré tout trouvé nombre de clichés, ponsifs, et surtout comme une façon de tenter de traduire les mots des autres, mais sans en avoir vécu les émotions, et sans connaître réellement les arcanes de l'adoption de l'intérieur. 

Quand je cherchais ce livre, je pensais, à partir de ce que j'avais lu, qu'il s'agissait d'un roman basé sur l'histoire de vie de l'auteur. C'est sans doute la raison pour laquelle je suis si déçue... Les mots sont là, l'histoire peut être vraie (encore que, pas en France, où la recherche des origines est plus cadrée et plus complexe), mais l'émotion, la vraie émotion ressentie tant par les adoptés que par leur famille, leur maman en particulier, n'y est pas, selon moi.

C'est donc un roman, facile à lire, agréablement écrit, mais il ne faut pas y chercher les émotions d'une Maman, ou celles d'enfants adoptés devenus adultes.  

 

Posté par christelle02 à 09:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

13 février 2015

Dis, Maman ...

Ca a commencé comme ça, ce samedi après-midi là.... Nous regardions tranquillement ensemble un épisode de Joséphine, Ange Gardien, l'histoire a captivé ma puce, et la question que je redoutais de voir arriver est arrivée ... Déjà !! 

Dans cet épisode de la série, Joséphine doit aider un couple qui part en Asie (info ici si cela vous intéresse) pour adopter une petite fille. Dans cette histoire,la Maman est elle-même une enfant adoptée, et elle va finir par retrouver sa mère biologique, et les retrouvailles seront idylliques (ben  oui, c'est Joséphine !). 

Au cours de l'épisode, ma puce a surtout été interloquée par quelques incohérences, et notamment par le fait que les personnes de ce pays d'Asie (non mentionné)  parlent toutes français, du responsable du service des adoptions aux moines d'un monastère d'une province reculée, en passant par un petit garçon qui va les aider dans leurs démarches ! Une fois l'épisode terminé, ma puce se tourne vers moi, et ...

"dis  Maman, la dame, elle a retrouvé sa Maman-Bidon. Maintenant, c'est mon tour ! Quand on ira en Chine, on cherchera la mienne !"

En cet instant, mon coeur s'est brisé, un peu... Je m'étais préparée à cette question, mais je ne pensais pas qu'elle viendrait si vite ! Je savais qu'il ne faudrait pas mentir, pas extrapoler, mais quand la question arrive, on se sent si mal,... on sait ce qu'on a à dire, mais on ne sait pas vraiment avec quels mots, et on sait qu'il y a des chances pour qu'on fasse mal... Alors, j'ai rassemblé mon courage, mes forces, et surtout tout mon Amour pour ma fille, et je me suis lancée : 

"tu sais, mon Coeur, là, c'était un film. Alors, dans les films, les histoires sont toujours belles et finissent bien. Mais dans la vraie vie, c'est très différent. Quand tu es née, ta Maman-Bidon,elle n'a pas pu te garder, parce qu'elle ne pouvait pas s'occuper de toi. Alors, elle t'a laissée aux gens de MaonanTü, où tu as grandi, et elle a fait cela parce qu'elle t'aimait fort et qu'elle voulait que tu aies une belle vie, que quelqu'un, Papa et Maman, viennent te chercher pour t'adopter, pour que tu sois notre fille pour toujours. En Chine, comme dans beaucoup de pays, il n'est pas possible de retrouver sa Maman-Bidon. C'est très dommage, je suis d'accord avec toi, parce qu'elle fait partie de toi, de ta vie, et même de la nôtre maintenant, mais on ne pourra pas savoir. Tu étais un bébé quand elle t'a laissée. Ce que tu dois savoir, et ne jamais oublier, c'est qu'elle t'aimait, et que tu étais un merveilleux bébé. Tout ce qui t'est arrivé là n'était pas de ta faute, c'est la vie qui a fait ça. Et puis, elle peut être fière de la petite fille que tu es aujourd'hui : grande, belle, intelligente, souriante...". 

"tu crois ? Elle pense à moi ? Elle est morte ?"

"Je ne sais pas mon coeur. Je ne crois pas. Mais, si un jour, tu veux aller à Maoming pour faire des recherches, nous t'accompagnerons. Nous serons toujours avec toi, et nous trouvons cela normal. Qu'en dis-tu ?"

"ben, ça me rend triste. Un petit peu... mais je t'aime quand même, Maman,tu sais". 

"Oui, ma Chérie, je sais. Et tu as le droit d'être triste pour cette raison. C'est normal. Je t'aime très fort, et dans mon coeur, comme toi, je garde une place pour ta Maman-Bidon."

medium_1309996290

 

Après cela, nous nous sommes fait un très gros câlin, et je pense que ça l'a rassurée, parce qu'au bout d'un quart d'heure, elle est repartie vaquer à ses occupations de petite fille. Je regrette juste une chose, que nous n'ayons pas été trois, avec Papa, pour cette conversation. Mais bon, c'est bien connu, les questions arrivent quand on s'y attend le moins, et il faut répondre de suite, alors j'espère juste que j'ai répondu comme il fallait, que je n'ai pas dit de bêtises ...

Et vous, vous y avez eu droit, à cette question ? Vous avez répondu comment ?  

Posté par christelle02 à 05:36 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

11 février 2015

Si ...

Si vous êtes à la recherche d'un emploi à ce jour,

Si vous trouvez normal de perdre des courriers officiels,

Si vous pensez que perdre un chèque de près de 600 € n'est qu'une broutille, pour laquelle vous n'aurez aucun scrupule à dire à l'expéditeur (à qui vous avez d'abord confirmé la réception dudit chèque par mail) que vous ne l'avez jamais reçu et que cet expéditeur est un menteur,

Si vous pouvez affirmer que vous n'avez commis aucune erreur après avoir envoyé un courrier à un client sur un papier à en-tête suffisamment ancien pour que l'adresse qui y figure ne soit plus valable depuis quatre ans, ... et que, surcroît, vous êtes tout à fait capable d'être insultant vis-à-vis dudit client par téléphone, en lui disant que tout cela est de sa faute puisqu'il n'avait qu'à appeler pour vérifier que l'adresse du papier en-tête était toujours bonne avant d'envoyer les documents, 

Si vous êtes prêts à ne plus donner signe de vie à votre client une fois que vous avez relu tous les mails qu'il vous a renvoyé pour vous prouver que l'erreur vient de vous, ...

Alors, vous êtes prêt !

sentrainer_pour_entretien

image issue de ce blog

Vous pouvez postuler au service Légalisations d' ActionVisas à Paris ! 

Si nous avions été très contents de cette société lors des demandes de visas pour la voyage en Chine vers notre puce en 2012, je dois bien avouer que cette fois, ils ont battu des records dans cet autre service de l'entreprise ! Pour être complètement exacte, j'assume le fait qu'au moment du premier envoi, j'avais oublié de mettre les documents d'Etat Civil en double pour les deux légalisations (puisqu'on ne peut légaliser une copie d'acte d'etat Civil), mais ensuite, tout ce qui est écrit ici est vrai !

Pour finir, un grand merci à la personne de l'accueil de la société, à la mi-janvier quand nous avons fini par nous déplacer à Paris (ce que nous souhaitions éviter en passant par une agence !) pour récupérer les documents : en l'absence des personnes du service légalisation, elle a passé les coups de fil nécessaires pour retrouver notre dossier dans les méandres des bureaux, pour nous le remettre. Nous avions remis deux dossiers, bien propres dans des chemises cartonnées, avec une feuille explicative, et nous avons récupéré une pochette avec des feuilles en vrac, à peine rangées... un torchon ! mais bon, on a tout récupéré et on a pu faire partir le dossier ... Quoi qu'il en soit, si le service Visas avait été efficace, il n'en a  pas été de même avec le service Légalisations ! Il va vraiment falloir que je prenne le réflexe d'aller sur les sites d'avis d'utilisateurs avant d'avoir recours à une entreprise, parce que - si je l'avais fait - je pense que j'aurais de suite opté pour les trois aller-retours Paris... 

 

 

Posté par christelle02 à 05:12 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

09 février 2015

BJB #2 ... c'est parti !

Il y a quelques mios déjà, alors que je participais au BJB de Nissa, elle m'a proposé de participer en retour au BJB pour Trésor 2. J'ai bien sûr répondu par l'affirmative, et j'ai reçu une très jolie carte et trois jolis coupons. Je ne les avais pas encore publiés car j'attendais que notre dossier soit complet et envoyé pour le faire. AYant eu un mail de MDM la semaine dernière qui nous confirmait l'arrivée de notre dosier à Pékin, j'ai décidé de me lancer.

Voici donc aujourd'hui la première participation au BJB de Trésor 2, celle de Nissa : 

premiers coupons

Pour celles et ceux qui nous ont rejoints ici récemment, voici un petit rappel du principe : 

A l'arrivée d'un nouvel enfant, la tradition chinoise est  de réaliser un Bai Jia Bei, une couverture aux cent voeux, invitant 100 amis et membres de famille à contribuer en offrant un carré de tissus et en faisant un souhait pour l'enfant à venir. Les 100 pièces de tissus sont cousues ensemble en une couverture qui apportera à l'enfant chance, énergie, et tous les bons souhaits de la famille et des amis qui ont contribué.

Oui, vous avez compris, je souhaite réaliser un Bai Jia Bei pour l'arrivée de notre second trésor de Chine. Et je vais donc  mettre à contribution ceux qui en ont envie ... Pour cela, voici la marche à suivre si vous avez envie de participer :

vous m'envoyez un coupon de tissu 20 x 20 cm (100 % coton, de type tissu pour patchwork), ainsi qu'une carte à laquelle vous accrocherez un échantillon du tissu, et sur laquelle vous notez un message pour Trésor 2, un voeu formulé pour elle / lui.

Comme nous ne savons pas à ce jour si ce sera une fille ou un garçon, pas de restriction en termes de couleurs. En revanche, puisqu'il s'agira d'un enfant qui aura entre 3 et 8 ans, je vous remercie d'éviter les motifs trop marqués "bébé". 

Je compilerai les cartes dans un album pour qu'on se souvienne toujours de qui vient tel ou tel coupon, et les coupons seront assemblés pour créer une couverture aux 100 voeux pour notre Trésor.

 Si vous voulez voir celui de Camille, c'est ici

Posté par christelle02 à 05:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]



Fin »