Sur le fil de notre histoire

21 novembre 2018

Les quenelles

Il y a quelques années, 2 ou 3 pour tenter d'être exacte, un soir où je cherchais un truc rapide pour le repas du soir en faisant les courses, j'avais acheté des quenelles de brochet (en boîte, pas les meilleures bien sûr, mais c'était la rapidité qui primait). MaGrande n'a pas aimé du tout ! J'ai donc abandonné l'idée, même si j'ai été tentée plusieurs fois par des quenelles chez le traiteur, ou au rayon frais. 

Puis un jour, il y a un an et demi environ, MaGrande aperçoit, dans le rayon frais d'un magasin, quelque chose comme ça : 

front_fr

et me dit "oh maman, ça a l'air bon. On en prend pour essayer ?". J'ai souri et j'ai donc pris les "soufflés lyonnais" ainsi qu'une sauce. Elle a a-do-ré ! 

Donc, depuis, nous mangeons de temps à autre des "soufflés lyonnais" ! Ce fut le cas en fin de semaine dernière, les enfants se sont régalés avec des "soufflés aux cèpes" et des "soufflés au Beaufort", nappés de sauce aux morilles. Une fois le plat vide, MaGrande, voyant que son frère n'a pas fini son assiette, nous dit "je peux finir les quenelles de Paul ?" ... 

Fou-rire pour le reste de la soirée ... et oui, voilà un certain temps que MonZhom et moi nous évertuons à ne plus parler de quenelles mais de "soufflés lyonnais", et nous venons de découvrir qu'elle sait très bien que c'est la même chose !  

Posté par christelle02 à 05:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


19 novembre 2018

Ils étaient là aussi...

Il y a une dizaine de jours, nous célébrions le centenaire de l'Armistice. Un peu partout, de bien belles cérémonies ont eu lieu, et, notre commune n'a pas fait excpetion à la règle, en organisant une très belle après-midi. 

Pourtant, dans toutes ces célébrations, il m'a manqué quelque chose, ou plutôt quelqu'un, ... les chinois, travailleurs venus sur nos terres remplacer les hommes partis au front. 

Pour remplacer les hommes partis au front, la France et le Royaume-Uni ont fait appel à des travailleurs chinois sous contrat. Les travaux de l’historienne Ma Li apportent un nouvel éclairage sur cette histoire méconnue. Publié par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 2012, financé par le ministère de la défense, l’ouvrage intitulé Les Travailleurs chinois dans la première guerre mondiale a été rédigé par vingt-trois chercheurs dans neuf pays, dont la France, la Chine, Taïwan, le Japon et le Royaume-Uni. 

Le 14 mai 1916, les autorités françaises et chinoises concluent un accord pour l’envoi de main-d’œuvre. Ce sont ainsi 36 975 Chinois qui furent envoyés en France dans les usines d’armement, les ports, les mines, les exploitations agricoles et les forêts. « Pour ce qui est du « Chinese Labor Corp », les travailleurs chinois recrutés par les Britanniques, nous disposons de chiffres contradictoires, explique Ma Li, maître de conférence à l’université du Littoral (Pas-de-Calais). Les sources anglaises font état de 93 000 travailleurs, les documents chinois de 100 000. »

des_travailleurs_chinois_de_la_grande_guerre_sexercant_au_kung-fu_wushu_dans_la_foret_de_crecy

 

Quatre-vingts pour cent des travailleurs furent recrutés dans la région du Shandong, dans l’est de la Chine. Principale raison de cette préférence ? Leur robustesse. Les Britanniques avaient déjà recouru à leur service pour l’exploitation des mines d’or d’Afrique du Sud en 1903-1904. Weihai, le port de cette province, était d’ailleurs administré par les Anglais. Pour nombre de ces hommes, qui n’avaient jamais quitté leur village, le voyage de trois mois en bateau fut fatal. « Certains n’ont pas supporté le mal de mer. D’autres sont devenus fous, se sont jetés à l’eau. D’autres encore sont tombés gravement malades », précise Ma Li.

pres_de_blangy_pas-de-calais_arrivee_de_travailleurs_chinois

Le trajet en mer Méditerranée était parfois semé d’embûches. Les paquebots n’arrivaient pas tous à Marseille, tel l’Athos qui fut torpillé par un sous-marin allemand le 17 février 1917, faisant 700 morts dont 543 Chinois. Ce désastre qui faisait suite à une dizaine d’attaques en mer contraignit les Français et les Britanniques à changer de route. Les travailleurs chinois traversèrent ensuite le Pacifique en bateau, le Canada en train, puis l’Atlantique. Arrivés au Havre ou à Dieppe, ils étaient dispersés dans toute la France. Les usines Renault, les mines de La Machine (Nièvre) et le port de La Seyne-sur-Mer (Var) furent des pourvoyeurs de cette main-d’œuvre. Du côté britannique, les Chinois étaient utilisés pour le déminage, la livraison d’équipements militaires, puis, après la guerre, pour le nettoyage des champs de bataille. « Les termes de l’accord sino-anglais n’ont pas été respectés. Le contrat stipulait que les travailleurs chinois ne devraient s’acquitter d’aucune tâche militaire, note Ma Li. Les Français ont également violé le contrat, dans la mesure où les Chinois travaillaient dans des usines d’armement ».

Les régimes contractuels étaient différents. L’accord signé avec la France prévoyait un recrutement pour une durée de cinq ans. Les travailleurs non qualifiés étaient payés 1,50 franc par jour (le kilo de pain coûtait 0,44 francs en 1914), les qualifiés (mécaniciens, artisans, interprètes), jusqu’à 6 francs. Le ministère des travaux publics mit des logements à disposition des différentes sociétés privées. Côté britannique, les travailleurs étaient embauchés pour trois ans. Les ouvriers non qualifiés étaient rémunérés 1 franc par jour, les qualifiés 1,50 franc. Les coolies étaient logés à Boulogne-sur-Mer, Saint-Omer, Calais et Dunkerque, dans des camps de travailleurs pouvant contenir jusqu’à 10 000 hommes. Ceux-ci n’avaient pas le droit de nouer des contacts avec la population locale. Les allées et venues étaient contrôlées. Malgré la présence d’environ 150 interprètes, d’importants problèmes de communication survinrent. « L’écrasante majorité ne comprenait pas les ordres donnés. Pour que les ouvriers se pressent, les officiers anglais hurlaient « Go ! Go ! », ce qui en mandarin veut dire « chien ! chien ! « . Cela a donné lieu à des grèves, à des incidents entre Chinois et Anglais », relate Ma Li.

Selon les autorités françaises, 1500 travailleurs chinois seraient décédés pendant la première guerre mondiale. Les Britanniques font état de quelque 2000 morts. Ce dernier chiffre prête à contestation. « Au moins  27 000 travailleurs chinois ont disparu sur les 100 000 recrutés par le Royaume-Uni, explique Ma Li. Que sont-ils devenus ? Le travail de recherche doit être approfondi. Une hypothèse pourrait expliquer cette disparition : les travailleurs chinois se trouvaient dans la zone des combats, beaucoup d’entre eux ont dû être tués, puis être enterrés sur place dans des fosses communes ». Plus d’un millier de coolies chinois sont enterrés dans dix-sept cimetières du nord de la France, entretenus par la Grande-Bretagne. Celui de Noyelles-sur-Mer (Somme) compte 843 tombes, celui de  Saint-Etienne-au-Mont (Pas-de-Calais), 150. En revanche, il n’existe pas de cimetière pour les travailleurs chinois, entretenu par la France.

(source : blog du Monde, ici)

Vous pourrez lire, si le sujet vous intéresse, bien d'autres choses ici, ou

Pour finir sur une note humoristique cet article, dans notre village et à notre façon, nous avons rendu hommage aux Chinois de la Grande Guerre, avec notre petit Poilu : 

P_20181111_141222

Tous les enfants présents ont été équipés de chasubles et de fusil en bois ou de gibecière, ainsi que d'un coquelicot ou d'un bleuet, que chacun a planté devant le Monument. 

 

Posté par christelle02 à 06:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 novembre 2018

Ton regard

Tes yeux se posaient sur nous avec tant de douceur, tant de bienveillance, depuis notre notre plus tendre enfance, puis même une fois adultes. Tu as fait partie de nos vies jusqu'en 2012, à peine as tu eu le temps de savoir que tu avais une nouvelle arrière-petite-fille, à l'autre bout de la terre, que tu as fermé les yeux. Elle n'aura pas eu la chance de connaître ce regard qui réchauffe, mais elle te connaît, malgré tout, tout comme son frère. 

1969 jullet bib chris pcs

1969, j'ai quelques jours, et déjà tu poses ton regard si doux sur moi, ta première petite-fille.

Oui, je leur parle de toi, comme de nos aînés disparus, ils connaissent vos tics, vos expressions, qui reviennent dans nos bouches parfois et les font rire ! 

Il y a quelques jours, "ton" Shadow nous quittait à son tour. Peut-être t'a t'il retrouvée, là où tu es désormais. J'aime vous imaginer tous les deux, lui ronronnant de plaisir sur tes genoux, ployant sous tes carresses, toi, si heureuse de cette présence à nouveau, de ce dernier chat que tu as tant aimé.

Penser à toi, à vous, me met du vague à l'âme, rend cette journée bien morose malgré le soleil qui perce le brouillard du jour. Bon anniversaire, Mamie !

Posté par christelle02 à 16:15 - Commentaires [3] - Permalien [#]

29 octobre 2018

le CréaTea

La semaine dernière, mercredi après-midi, j'ai emmené les enfants au Musée Matisse, au Cateau-Cambrésis. 

Les enfants étaient inscrits à un atelier peinture et découpages autour de la Fëte Foraine et se sont bien amusés. Pendant ce temps, j'ai flâné dans ce musée que j'adore, et ... j'ai participé aussi à un atelier créatif ; le CréaTea de Sally Crabtree. Cette artiste anglaise, poète et décoratrice, est en résidence dans le musée pour le mois d'octobre. Elle propose des ateliers créatifs amusants gratuits dans le musée tous les après-midi. A la fin de leur atelier, les enfants ont pu aussi revenir vers Sally et participer à ses ateliers. Ils étaient aux anges !

Ainsi, en dégustant un thé, j'ai fabriqué deux bagues, des poèmes qui se mangent et une boite animal-postal. 

Voici la "poésie ambulante" : 

atelier creaTea

Le principe : on choisit une assiette, qui contient un biscuit et des mots imprimés sur du pain azyme. On applique une colle alimentaire et on compose un petit poème, un haïku, avec les mots proposés. Puis, on le mange. Ainsi, nous devenons les véhicules qui promènent la poésie dans les allées du musée. Amusant, non ? Ici, nos trois créations (MaGrande a aidé son frère pour le sien. Dans l'ordre, de gauche à droite : Camille, Paul, Moi. Sur celui de MaGrande, il manque un "se" mais il s'est collé à l'envers ;-) ). 

Puis, j'ai fait un animal postal : 

chatboite

Le principe : une petite boite en carton, on place un coeur rouge dedans pour donner vie à l'animal, puis on décore comme on veut. Voilà ma version. Comme le temps pressait en fin d'après-midi, nous avons emporté de quoi faire les animaux des enfants à la maison. Ce sera l'occasion d'un nouveau moment bien sympa entre nous. 

Pour finir, la photo souvenir : 

sally et les enfants

Franchement, nous avons tous les trois passé une très belle après-midi, un moment où le temps s'est suspendu, où mon esprit a pu vagabonder. 

Si vous passez dans le secteur, si vous y habitez mais ne connaissez pas, allez-y vite, c'est un très chouette musée (collections Matisse, Herbin, Léger, Miro), et chaque mercredi et samedi, ainsi que pendant les vacances, ils organisent des ateliers créatifs enfants. Et puis, si Sally passe du côté de chez vous pour ses ateliers itinérants, courrez-y, c'est vraiment aussi sympa, un très beau mélange de poésie et de folie. 

Posté par christelle02 à 05:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 octobre 2018

Jeux de souffle #4

Pour continuer sur la lancée de l'article précédent, voici les jeux de souffle que nous mettons en place régulièrement, pour muscler le voile du palais de Loulou. 

On commence avec les pailles. Oui, je vous en ai déjà parlé, mais en fait, on "triche", avec des pailles de diamètres et de formes différentes : 

paille-folle-assortiment-de-50-collection-pailles-az-boutique-3314273

Si elles vous semblent ludiques, sachez qu'il est bien plus dur d'aspirer avec ces pailles qu'avec des classiques. Alors, on ne le fait pas à chaque fois, mais de temps en temps, ça change et ça aide. 

Dans la série des jeux de souffle, il y a aussi des jeux de plateau très bien faits, dont voici quelques exemples : 

Happy Party : 

HappyParty_large02

le foot-souffle : 

ici dans une mallette avec 3 autres jeux de souffle

jeu-de-souffle-4-en-1

le labyrinthe : 

souffle

Ensuite, il y a aussi les blow pen : 

téléchargement (1)

encore très compliqué pour mon loulou)

 

Et, pour finir, le plus simple, le plus drôle, et, ce qu'il préfère : les bulles de savon ! 

Il m'arrive aussi de créer des parcours, sur une table basse, haute ou au sol, avec des kapla.. et hop, une paille et une boule de cotillon ... c'est parti : avec la paille, on souffle pour faire passer la balle de papier par les différentes étapes du parcours. Dans ce cas, on construit ensemble le parcours, puis on l'utilise. C'est encore mieux, même s'il faut jouer le jeu jusqu'au bout et donc jouer aussi ... Imaginez- moi bien allongée au sol pour souffler sur une boule de papier !! ;-)

Allez, arrêtez de rire ! 

A bientôt.

Posté par christelle02 à 12:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


17 octobre 2018

Motricité bucco-faciale

Mëme si les commentaires ont été peu nombreux sur mon dernier article, j'ai été contactée par quelques autres en direct, suite à cet article, alors je reviens ici vous parler des quelques trucs que nous avons mis en place avec notre Loulou, pour l'aider à muscler son visage, son voile du palais, et l'aider à appréhender la parole. 

On commence avec le basique, les grimaces

grimaces

Entendons nous, au début, c'est très ludique, on s'amuse beaucoup, mais quand l'enfant grandit, et qu'il a bien compris que ce jeu était en fait un exercice, ça devient plus compliqué ! Mais bon, même si on le fait moins souvent, on essaie de le faire encore régulièrement, et on met la grande soeur dans la boucle, pour qu'elle joue aussi et qu'elle en prenne parfois l'initiative, ça marche mieux ... parfois. 

Ensuite, il y a tout ce qui permet de muscler les mâchoires et de développer la souplesse des joues, et pour cela, il existe des petits objets super, très utiles et très bien acceptés, les chewy-tubes

chew-e-chainz-premium-pack-sensory-chew-necklace-set-5-pack-includes-2-bonus-pencil-toppers-silicone__51k4RUPniCL

Il en existe de multiples sortes, formes, à poser au bout des stylos, à mettre autour du cou, ... et des tas de formes amusantes. Chaque couleur correspond à une dureté différente, ce qui permet de faire évoluer le travail. Et puis, ils ont un autre effet : ils apaisent ! En effet, notre Loulou les utilise beaucoup quand il écrit, dessine, joue, ... le fait d'avoir quelque chose à mâchouiller semble le calmer, comme un doudou, et il est plus concentré sur sa tâche. En classe, la maîtresse apprécie d'en avoir quelques-uns à disposition pour notre Loulou, elle trouve aussi que c'est une béquille importante... alors, comme en plus, ça aide à assouplir et muscler ... pourquoi se priver ?! Seul inconvénient, il faut les renouveler relativement régulièrement, et ça coûte assez cher (entre 12 et 17 €/pièce). 

Et puis, n'oublions pas que les enfants ayant un trouble de l'oralité, FLP ou pas, ont souvent un vrai souci avec le toucher, avec l'hypersensibilité, notamment sur le haut du corps et le visage. Pour cela, nous avons utilisé (et utilisons encore) deux outils. Le premier est un petit appareil vibrant pour massage : 

Mini-appareil-de-maage-vibrant-a-3-tetes-et-eclairage-LED

Pour l'anecdote, il a fallu plus d'un an pour que notre Loulou accepte la sensation de ce truc dans son dos. Aujourd'hui, ça le chatouille beaucoup mais il accepte. C'est encore difficile au niveau de la nuque, mais on continue l'exercice régulièrement. 

Le second, plus petit, est le Z-vibe, le principe en est le même, mais spécifiquement pour la sphère oro-faciale : 

le-z-grabber

Il existe plusieurs embouts différents, qui se fixent sur la base, et cela permet des massages des joues, à l'extérieur mais aussi à l'intérieur de la bouche, et stimule les muscles et nerfs. Notre Loulou se laisse faire, et le fait même seul, pour l'extérieur des joues, mais ne se laisse pas encore faire pour l'intérieur. Affaire à suivre...

Pour finir, le truc le plus simple, le moins cher et le plus basique : boire à la paille

straw-drinking-sucking-not-blowing

 

Pour que ce soit utile, il faut que ce soit tout le temps : à table, dans la journée, ... Seul bémol : la cantine, car je ne veux pas imposer cela à l'équipe de cantine, sans compter que cela risquerait de susciter de la convoitise de la part des autres enfants ! Notre Loulou mange au maximum deux fois par semaine à la cantine, donc ça limite des repas sans paille. L'idée est de faire boire de l'eau bien sûr, mais aussi des boissons plus épaisses (smoothies, nectar de fruits, ...).  

Voilà, ce sont quelques trucs et outils utiles pour nos enfants. 

Plus tard, je vous reparlerai des jeux de souffle. A bientôt.

(images et photos articles issues du site et du blog Hoptoys.) 

Posté par christelle02 à 07:06 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 octobre 2018

Troubles de l'oralité

Quand on évoque les troubles de l'oralité, on pense souvent aux troubles de l'oralité alimentaire. Pourtant ce trouble revêt bien d'autres aspects, et, même un enfant qui n'a pas de souci avec l'alimentation peut présenter des troubles de l'oralité. C'est souvent le cas des enfants avec FLP, et tout particulièrement des enfants pris en charge tardivement pour cette fente. 

On n'y pense pas toujours, mais un enfant qui ne supporte pas d'être touché, qui est très chatouilleux, qui n'aime pas avoir les mains sales, qui a une hypersensibilité de la sphère oro-faciale (ou pas du tout de sensibilité) entre donc potentiellement dans ce trouble (pas obligatoirement, mais la question mérite d'être posée).

Le tableau ci-dessous est plutôt bien fait, et j'avais envie de partager (il concerne aussi les enfants atteints d'autisme, mais pas seulement). 

trouble oralité

Je reviendrai vous parler de ces troubles, de ce que nous faisons (avec l'aide et les conseils des professionnels) pour aider notre Loulou à avancer, parce ces troubles sont souvent méconnus, leur prise en charge aussi, et, je me suis trouvée très démunie face à ce diagnostic et à ce que nous pouvions faire, de façon simple, pour accompagner, pour aider à avancer, sans pour autant en faire une nouvelle contrainte trop importante pour un petit Loulou déjà très sollicité et médicalisé. Internet a à nouveau été mon ami, et tout particulièrement le travail des spécialistes belges sur le sujet. 

Enfin, je reviendrai vous en parler, si cela vous intéresse ... 

Posté par christelle02 à 08:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

04 octobre 2018

tout est question de géographie ... ou pas !

La semaine dernière, MaGrande apprenait sa leçon de SVT (Sciences Nat' pour les quinquas et plus ;-) ), sur l'appareil reproducteur humain. Donc, en conclusion : 

"les femmes peuvent faire des bébés de la puberté jusqu'à la .... Mésopotamie" 

Tu parles d'un voyage ...quoi qu'il en soit, il y a des turbulences !

Posté par christelle02 à 17:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 septembre 2018

"Eni"

Ouf, elle est arrivée ... Elle s'appelle Jennifer, et c'est l'AVS de mon Loulou. Selon la directrice de l'école, c'est une toute jeune femme, charmante et motivée. Elle avait déjà demandé - avant de démarrer - des documents sur la méthode de lecture qui aide bien Loulou (Borel-Maissony) car il a une mémoire très visuelle, et apparemment, Loulou est heureux. 

avs2

Hier soir, quand je lui ai demandé s'il avait bien travaillé à l'école, il m'a dit "oui, et Eni là, Eni non". 

Et l"instit' m'avait laissé un mot disant que cela aidait vraiment Loulou à prendre confiance et que, de fait, il était plus participatif et que l'après-midi de mardi, sans l'AVS, il avait super bien bossé tout seul. 

On est sur la bonne voie. Je suis ravie. 

 

Posté par christelle02 à 09:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

24 septembre 2018

Se battre ... encore

Sans doute l'avez-vous lu aussi ou entendu, il manque à ce jour 10 000 AVS en France.... Il n'est donc pas étonnant qu'il en manque 3 depuis la rentrée dans l'école de mon Loulou, dont bien sûr le sien... Cela me peine d'autant plus qu'un des AVS de l'an dernier était là le jour de la rentrée, sans affectation d'enfant alors qu'il connaît la langue des signes et les troubles des enfants non verbaux... 

Bref, la directrice de l'école et moi-même avons fait du forcing auprès de l'Inspection depuis deux semaines, et, sans réponse, j'ai finalement alerté les élus locaux, leur demandant s'ils pouvaient au moins tenter d'avoir des informations sur une date d'arrivée ... 

avs

Le lendemain (mercredi dernier), j'étais recontactée et ... mon Loulou a eu un assistant technique jeudi et vendredi, et son AVS doit être là depuis ce matin ! Comme je suis en déplacement aujourd'hui (article programmé), je n'en saurai plus que ce soir, mais je croise les doigts... en effet, rien que ces deux derniers jours, avec l'assistant, il a pu se délester d'une part de l'angoisse de la concentration, la compréhension quand la maîtrsse s'adresse à la classe entière, et, s'en trouvé plus disponible pour ses propres progrès, sa participation au groupe, ... et il était plus serein le soir à la maison ! Même l'instit' y a vu un changement radical et rapide. 

Croisons les doigts ... 

Posté par christelle02 à 06:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]