Sur le fil de notre histoire

05 juillet 2021

Atelier d'écriture #4

Voici aujourd'hui le dernier essai d'écriture de ce premier atelier. Cette fois, il s'agissait de décrire des émotions, quelles qu'elles soient :  

Vous êtes sur une île déserte depuis quelques jours déjà, le sable colle à votre peau, l’eau salée commence à attaquer votre peau et à vous irriter, lorsque vous trouvez une cascade d’eau douce avec une petite retenue d’eau. C’est un moment de plaisir pur. Quelles sont les émotions qui vous traversent à ce moment-là ?

J’y suis, j’en ai rêvé de cette île déserte, de ce moment rien que pour moi, loin des soucis du quotidien, loin de la douleur de la perte, et pourtant, depuis trois jours, je n’ai de repos, tant l’inconfort et les angoisses dominent.

Enfin de l’eau douce, cette cascade, l’eau claire et tiède, juste ce qu’il faut… J’ai perdu la notion du temps. Suis-je sous cette douche naturelle depuis dix minutes, depuis deux heures ? Pourquoi les larmes coulent-elles sur mes joues et se mêlent à cette eau bienfaisante ? Enfin, je peux me laisser aller, je peux oublier, arrêter d’être forte pour les autres. Oh, Maman, je n’étais pas prête, j’avais encore tant de choses à te dire ! A-t-on le droit de se dire orpheline à cinquante ans ?

L’eau glisse sur moi, les mots que nous aimions tant toutes les deux me reviennent en mémoire et font redoubler mes larmes : tu étais « mon Nord, mon Sud, mon Est et mon Ouest, mon Midi et mon Minuit, etc… » Alors que le ciel s’est ouvert il y a un an maintenant, que les étoiles t’ont fait une place pour t’accueillir, j’ose enfin pleurer ici, loin de tout et de tous. Laisser ma peine et la douleur s’en aller, s’apaiser plutôt, lavées par l’eau de cette cascade, c’est un sentiment étrange, une ambivalence de sentiments. J’aime à penser que tu es là, que ta lumière me guide, ici, maintenant, et à jamais. J’ai l’impression de me délester d’un poids de plusieurs tonnes, pleurer sous cette cascade va m’aider à commencer une deuxième vie, qui s’écrira sans toi, malheureusement.

On dit que l’eau lave les peines, que les malheurs partent avec elle. Je sais que cette eau n’éteindra pas le manque, le vide de l’absence, mais cette plénitude de l’instant m’aide à retrouver un souffle nouveau, une force nouvelle, et je suis maintenant prête à avancer pour tenter de me montrer digne de toi. Je t'aime, Maman, je t'aimais et je t'aimerais. 

Posté par christelle02 à 05:51 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


02 juillet 2021

Atelier d'écriture #3

Au camping, vous profitez tranquillement de la piscine le matin, quand d’un seul coup, la foule arrive pour le cours d’aquagym. …

 

Ma chère Maman,

Il faut que je te raconte ma fin de matinée : tu  le sais, j’ai horreur de la foule et j’aime nager. J’étais donc ravie ce matin de profiter du calme matinal pour faire quelques longueurs sans les enfants. J’en étais à la treizième longueur (chiffre maudit !) quand la musique assourdissante a démarré et qu’une horde de maillots de bain à grosses fleurs, surmontés de bonnets si seyants, a fait son apparition au bord de l’eau ! A grand renfort de cris suraigus (« c’est froid ! »), ces dames sont arrivées, se sont étalées sur toute la surface du bassin.

Je me suis alors retrouvée nez-à-dos avec une dame dont le borborygme m’a fait penser à Tatie Danièle ! De face, d’ailleurs, elle était aussi souriante que Tsillia Chelton dans le film, je t’assure ! Je sais que tu n’aimes pas quand je me moque gentiment des personnes que j’observe, mais je devine malgré tout ton sourire juste maintenant.

Puis, une voix nasillarde au micro a commencé : « bonjour mes beautés, allez, on commence. Vous êtes en forme ? ». Alors que les cris d’émois de ces dames ont atteint mes oreilles, que la musique de gym tonic a commencé, j’ai jeté un œil au prof d’aquagym de ces sirènes surexcitées et … j’ai trouvé mon activité pour le reste de la matinée : à défaut de nager, j’ai rejoint mon transat pour compter les abdos d’Apollon !

Voilà. Bonne journée, Maman.

A bientôt. Bisous.

Posté par christelle02 à 06:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 juin 2021

Handi-natation

Cette année a été particulière a bien des égards, et les enfants ont surmonté cette année avec une force et une acceptation qui ont forcé mon admiration ! J'avais inscrit Loulou à des cours de natation. En effet, si Paul n'est pas en capacité de suivre un cours collectif (ça va trop vite et les instructions doivent lui être données en face face pour qu'il les entende et les comprenne), j'ai la chance d'avoir trouvé un cours de natation pour les enfants en situation de handicap, à un quart d'heure de la maison ! 

Cette année, ils étaient deux, puis trois, garçons, à peu près du même âge ; et même si l'année a été interrompue à plusieurs reprises du fait du contexte sanitaire, ils ont quand même tous progressé. Voici quelques images de mon Loulou, au cours du dernier mois : 

hamdinatation

Posté par christelle02 à 05:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 juin 2021

Atelier d'écriture #2

Voici un nouveau petit texte ecrit dans le cadre de l'atelier d'écriture "camping ou île déserte". Je vous embarque cette fois sur une île déserte, à l'heure de faire un feu de camp avec les moyens du bord pour manger le produit de ma propre pêche. Comment faire ? Dans quel état d'esprit ? (précision, toujours 10 minutes pour écrire son texte).

Voilà sans doute plus de vingt quatre heures que je suis ici, seule, après que j'ai eu la mauvaise idée de m'endormir sur ce matelas pneumatique ! Il commence à faire très faim ; j'ai réussi à décrocher trois bigorneaux d'un rocher et à attraper le crabe qui voulait me croquer les orteils ; c'est bien, mais j'en fais quoi maintenant ? Je n'avais pas postulé pour Koh Lanta, moi ! Même avec le morceau de verre que j'ai trouvé et les brindilles sèches ramassées, il y a quand même très peu de chance pour que je reussisse à faire un feu; J'aurais beau orenter le morceau de verre face au soleil, je me connais, aucune chance que cela fonctionne. Mais quelle idiote je fais ! Allez,il faut le tenter quand même le tenter.

Pendant que je tiens le morceau de verre au-dessus des brindilles, je me demande bien pourquoi j'ai rêvé un jour de me retrouver seule sur une île déserte ? Et ce crabe, franchement, sur un plateau de fruits de mer avec de la mayonnaise, ce serait bien, mais là, au milieu de nulle part, sans feu (d'ailleurs, actuellement, c'est moi qui suis en train de cuire à la chaleur ambiante, pas le poisson !), c'est nettement moins tentant ! 

Pourtant, j'ai vraiment faim, là, et tout de suite encore ; alors, en attendant que le feu prenne, ce sera crabe et bigorneaux en sashimis !

 

  ***

Ce petit texte, comme le premier, est sans prétention, mais je me suis beaucoup amusée à l'écrire. 

Posté par christelle02 à 06:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 juin 2021

Le monde en face

Pour celles et ceux qui connaissent mes enfants, vous savez que les deux sont suivis par le service de chirurgie maxillo-faciale d'Amiens, pour des raisons différentes. Je suis donc très sensible à tout ce qui touche à ce domaine. 

Je vous mets ici le lien vers un reportage "le monde en face", passé la semaine dernière sur France télévision : 

Posté par christelle02 à 05:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 juin 2021

Atelier d'écriture

Certains d'entre vous le savent, l'écriture est pour moi un exutoire, une catharsis, depuis longtemps, et il m'arrive aussi d'écrire pour le plaisir d'écrire, de raconter un truc, d'inventer une histoire. Jusque là, je n'ai quasiment jamais partagé mes écrits. D'ailleurs, je ne pensais / pense pas qu'ils en valent la peine. Et puis, la semaine dernière, je me suis lancée en participant à mon premier atelier d'écriture, avec Agnès Abécassis, auteure. J'ai longtemps hésité, et puis, je me suis inscrite un jour où elle proposait un petit concours pour gagner une place dans un atelier... Je me suis dit que c'était le moment où jamais, et j'avue m'être dit que je n'aurais aucune chance, alors je me suis inscrite... et j'ai fait partie des gagnantes. J'ai donc participé à cet atelier sur le thème "Camping ou île déserte". Au cours de cet atelier, nous avons dû écrire quatre petits textes, et comme mes petites productions ont été validées et appréciées, je me suis dit que j'allais les mettre ici, pour les partager et les faire lire. Voici donc le premier. 

La consigne : la spécialité du camping, c'est le barbecue. Décrivez, sous l'angle que vous voulez, un barbecue au camping. (temps : 10 minutes)

Ca y est ! C'est reparti. Non, mais, regardez-les ! Chaque année, c'est la même chose : à peine arrivés ici, en pleine chaleur, la même obsession les reprend : le premier barbecue avec ceux des emplacements voisins ! 

Et allez, lui, le chef de famille, il se croit investi d'une mission divine : placer le barbecue comme ci, mettre le charbon comme ça, ... et hop, un p'tit verre ; aller chercher la viande dans le frigo dans la caravane, et hop, un p'tit verre ; verifier le feu, et ... hop, encore un p'tit verre ! Bon, j'avoue, en général, je l'aime bien, le paternel, il est plutôt sympa, et comme je fais tout pour qu'il m'apprécie, je suis généralement récompensé. Mais pour cela, il faut que je sorte le grand jeu, mon plus beau numéro d'acteur ; et si je suis bon, la récompense sera à la hauteur. Allez, je me prépare : vérification : le poil est brillant, l'oeil est vif, je ne sens pas mauvais. C'est parti pour l'échauffement : 

- remuage de queue : check

- yeux de biche : check

- demande de caresse : check

- couinement implorant : check

Et finalement, le tout ensemble, queue-yeux-caresse-couinement.... Super ! Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire, franchement ?!

Allez, je suis prêt ; ce midi, c'est saucisse assurée ! Waouf, waouf, je me lève, et j'y vais ! 

 

Posté par christelle02 à 06:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 avril 2021

Oups !

Dans la série des trouvailles de vocabulaire de mon Loulou, et qui montrent que - même la parole - il enregistrait bien tout ce qu'il entendait depuis le départ... voici une perle d'il y a quelques semaines : 

chauffard

Nous étions en voiture tous les trois (avec sa soeur), et en ville, un monsieur me refuse la priorité en grillant un stop. Je crie et écrase le frein, et avant même que j'ai pu dire quoi que ce soit, venant de l'arrière, on entend : "Onnard !"  et un éclat de rire !! 

Et bien, ça a détendu l'atmosphère et m'a fait oublier ma peur momentanée, tellement j'ai ri ! 

 

Posté par christelle02 à 06:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 mars 2021

Les mots de Paul

Vous n'imaginez pas mon émotion d'avoir créé une catégorie "les mots de Paul". 

Ca y est, il commence à parler. Tout n'est pas encore intelligible par quelqu'un qui ne le connaît pas, mais ça vient et il répète de plus en plus, il essaie surtout chaque jour de nouvelles phrases. Un vrai bonheur, et un espoir immense. Quoi qu'il en soit, le week-end dernier, il nous a régalés d'un de ses premiers "bon mot" :

Dimanche matin, mon Loulou me tend la boite de chocolat en poudre et me fait un signe pour que je l'ouvre..je lui dis "il manque le mot magique". Il me regarde et dit "Abrabraca", en faisant tourner son doigt comme une baguette magique !

Fou-rire général autour de la table, il n'était pas peu fier de lui ! 

Posté par christelle02 à 06:20 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 mars 2021

Merci !

Petit passage par ici aujourd'hui pour vous dire un énorme merci pour les cartes envoyées à ma Grande pour son 16ème anniversaire ! Elle a été gâtée, émue... et sincèrement surprise. Imaginez ; 56 cartes reçues ! 

Alors voilà quelques images de la journée : 

162234617_274265550869327_8790708090583735284_n

163105008_274783457484203_1408523750606785501_o

 

Si vous voulez en voir un peu plus sur les cartes reçues, vous pouvez aller chaque jour de cette semaine sur l'autre blog, ici, où vous verrez une certain nombre de cartes. 

Posté par christelle02 à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2021

Sur deux roues !

Avec un loulou comme Paul, chaque étape d'un apprentissage est un défi à relever ! Le manque cruel de confiance en lui, la peur panique de l'échec, la peur de l'abandon toujours sous-jacente à chaque nouveauté, font de chaque pas en avant une montagne à gravir. 

Apprendre à faire du vélo a fait partie de ces durs apprentissages... surtout le dépassement de sa peur de l'essai ! Depuis un an, voire deux, alors qu'il se débrouillait parfaitement avec sa draisienne, impossible de le faire passer au vélo. C'était un refus catégorique. L'an dernier, en mai, on avait eu quelques essais plutôt concluant, mais le contexte général de la période n'était pas propice au calme, à la douceur et au temps à lui consacrer. Nous avions donc laissé tomber. 

Et au début des vacances, un après-midi, alors que je bossais, il est sorti avec son père, ils ont sorti le vélo, et après juste quelques mots ("tu te souviens, tu y es arrivé l'an dernier")... hop, notre loulou est monté en selle et... en deux secondes, c'était parti ! Ca y est, le cap est passé, et il n'est pas peu fier désormais! Je ne vous dis pas la fête que nous avons faite pour célébrer cette nouvelle étape ! Ces félicitations - qui pourraient paraître à certains totalement exagérées et disproportionnées - sont nécessaires à notre loulou pour prendre confiance. Une amie québécoise m'a dit récemment : "il faut que tu fasses comme chez nous ! Ici, chaque progrès d'un enfant, surtout d'un enfant comme les nôtres, est fêté comme un événement national. C'est comme ça qu'on leur donne confiance en eux. Oublie que tu es en France, oublie les "convenances" de chez toi, et vas-y, fais la ola quand il réussi un truc ! Tu verras, ça marche". Alors, maintenant, je me fais violence (j'étais plutôt du genre à dire "tu ne veux pas que je convoque la presse", pour une bonne note ou un truc réussi) et avec Loulou, on célèbre les progrès. 

20210228_155919

Posté par christelle02 à 05:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]